Championnat d’Europe

LUCIE BELBEOCH Capture-d’écran-2019-04-10-à-12.10.55 Championnat d'Europe

Championnat d’Europe

Une belle régate de confrontation

Après 2 blocs d’entraînements sur l’île de Majorque aux Baléares, nous voilà arrivées au championnat d’Europe 2019 ! Un beau plateau représenté ! Nous pouvons même parler d’un championnat du Monde car nos « amies » chinoises, japonaises, américaines, brésiliennes sont de la partie !

LUCIE BELBEOCH Capture-d’écran-2019-04-10-à-12.23.45-300x153 Championnat d'Europe  Palma est un spot très riche car les vents y sont très changeants en force, direction …  ceci est dû notamment à de nombreux reliefs. Ce n’est pas pour rien que l’île est très appréciée par les cyclistes.

Ma dernière compétition était à Miami en janvier. Une compétition difficile en raison de nombreux changements : coach, groupe d’entraînement, matériel …

Il me tardait donc de pouvoir me reconfronter à nouveau.

 

 

Peu de préparation mais une forte envie !

Effectivement, cette année, j’ai dû faire des choix pour lier mon projet sportif et scolaire. LUCIE BELBEOCH Capture-d’écran-2019-04-10-à-12.22.51-300x188 Championnat d'Europe  En effet, afin de valider mon diplôme à l’ESCP il me faut 40 semaines d’expériences professionnelles. J’ai donc choisi de le faire en 2019 chez Léa Nature à La Rochelle. L’entreprise me permet de m’absenter pour les compétitions et m’aménage les horaires. Cependant, les horaires restent tout de même importants, 37h/semaine, ce qui m’a donné moins le temps de me préparer ces derniers mois. Mais je le rappelle, cela est un choix, afin d’être plus libre pour les prochaines années, en pensant aux JO de Paris 2024.

J’aborde donc ce championnat d’Europe avec une certaine fatigue, peu d’entraînements et une blessure à l’épaule, mais « qui peut le moins, peut le plus », alors allons-y et prenons du plaisir !!

Lancement des hostilités

C’est parti pour le championnat d’Europe 2019 !

Un premier jour avec du vent et une houle décalée, ressemblant fortement au plan d’eau de Marseille. Je pars tôt sur l’eau avec ma partenaire d’entraînement Delphine, j’ai une super vitesse, de bonnes sensations, tout pour faire une belle journée !

Je suis en poule bleue ce jour car étant 75 compétitrices, le groupe a dû être divisé en 2 parties.

Le vent est instable entre 10 et 17 nœuds, je prends un très bon départ au comité en « mode dérive » car le vent est incertain et réalise une belle course de 6eme, oscillant entre l’aileron et la dérive.

LUCIE BELBEOCH Capture-d’écran-2019-04-12-à-21.10.10-300x196 Championnat d'Europe  Lors de la 2eme course, le vent monte d’un cran, je décide de partir sur un projet droit mais sans trop y croire. Un super départ bâbord en slalomant entre les tribords prioritaires, une bonne montée d’adrénaline dirons-nous !! Mais je suis trop hésitante sur mon option et décide de recentrer, une erreur fatale qui me coûtera 2 virements supplémentaires … Je suis alors très frustrée de cette course et ai du mal à faire « reset » pour la dernière course du jour.

Le vent est à nouveau capricieux et je décide de partir sur la dérive, puis je déclenche sur l’aileron mais trop tôt, l’option n’est pas payante, ce qui me vaut un premier près très difficile et donc une remontée pas simple … Je chute au près : un clapot, mon harnais se décroche et n’ayant qu’une seule main sur le wishbone, c’est inévitable : PLOUF. Une course a oublier …

Je suis à la 29eme place du classement provisoire.

 

Une deuxième journée bien longue

C’est après plusieurs heures d’attente que nous sommes parties sur la zone de course. Effectivement, nous devions attendre que les hommes terminent leurs courses avant de pouvoir y aller à notre tour. C’est à 18h que la première course fut lancée. Dans un vent très instable en force et en direction.

Je pars très mal sur cette course, en raison d’une collision avec une concurrente chinoise lors de la procédure du départ, je n’ai donc pas pu mettre en œuvre mon projet stratégique. Je suis remontée à bloc sur toute cette course car cette voile qui me tombe dessus sans raison 30 secondes avant le top départ, me met dans une position très délicate et me donne la rage pour effacer cette injustice. Ayant loupé le premier coup, je suis en réaction plutôt qu’en action. La course est donc bien difficile pour moi, heureusement je sauve les meubles sur le deuxième tour.LUCIE BELBEOCH Capture-d’écran-2019-04-12-à-21.08.56-300x185 Championnat d'Europe

Rien n’est terminé pour ces phases de finales, tout peut encore arriver. Une deuxième course est lancée à 19h. Le vent a complètement changé, il est plus fort et d’une nouvelle direction. Une belle course au planning qui me permet de re-rentrer dans le match ! Je suis plutôt inspirée et ai une bonne vitesse, indispensable ! Cependant, comme je le pensais, le dernier jour des qualifications rend toutes les concurrentes très agressives car chaque point compte double ! A nouveau, je subis une faute sur le premier portant, un refus de priorité qui me ralentit. Je décide donc de réclamer contre cette concurrente finlandaise.

Ma soirée n’est pas terminée donc, car je proteste contre ces deux adversaires en raison de ces fautes commises. Je disqualifie la Finlandaise et me fais entendre par la Chinoise qui finalement avait effectué sa pénalité, qui est un 360°. Retour à l’hôtel à 22h …

 

Les finales

Après 2 jours de qualifications, c’est maintenant le moment des finales ! La flotte est divisée en 2 parties : les meilleures en or. J’en suis mais pas très bien classée. Il me tarde de débuter ces finales pour m’exprimer et retrouver mon meilleur niveau !

LUCIE BELBEOCH Capture-d’écran-2019-04-10-à-12.23.27-300x169 Championnat d'Europe

Malheureusement les choses ne se passent pas du tout comme je les avais imaginées … Je développe une gastro infectieuse, ou intoxication alimentaire, qui sait, et me trouve dans un sale état pour ces finales. 7 courses à tenir … Des frissons, chaud, froid, des vertiges, de la fièvre, des décharges électriques dans le dos, très peu de sommeil et une grosse fatigue générale … Il est vrai que j’ai bien hésité à terminer cette compétition car mon corps n’en n’était pas du tout apte. Après réflexion, je me suis dit que si jamais, un jour, je me retrouvais aux Jeux Olympiques, cela pouvait m’arriver et qu’en aucun cas il était possible d’abandonner ! Alors j’ai pris mon courage à deux mains et suis allée … Non sans mal, je termine cette compétition à la 31ème place sur 75 concurrentes. 24ème sur 51 concurrentes européennes.

Les résultats complets ici

Voilà une semaine bien compliquée qui s’achève à Palma !

 

Je tire un bilan plutôt médiocre de ce championnat d’Europe, qui était une échéance importante de mon année 2019. Je savais pertinemment que cette année n’allait pas être simple car ayant peu d’heures d’entraînement au compteur, peu de récupération et beaucoup de chamboulement, j’aurais quelques difficultés à renouveler ma belle saison 2018. Cela est un choix pour pouvoir être plus libre ces prochaines années !

Maintenant, retour en entreprise et fin avril : nouvelle confrontation sur la semaine olympique française d’Hyères.